L’état et les banques, les dessous d’un hold-up historique

"La crise de la dette des pays européens aurait été provoquée, d'après Myret Zaki, par un petit groupe de spéculateurs, dont Georges Soros et les dirigeants de quelques Hedge Funds Américains. Ils auraient décidé de parier sur la faillite d'États européens périphériques en commençant par la Grèce, avec la complicité de la banque d'affaires américaine Goldman Sacks qui, après avoir conseillé le gouvernement grec sur la façon de camoufler le niveau de la dette de l'État, aurait commis un délit d'initié en révélant cette information à ces  financiers. Les actions concomitantes de ces spéculateurs auraient déclenché la crise, amplifiée par tous les investisseurs qui ont suivi le mouvement".

Ces acteurs auraient été aussi les responsables de la crise des sub-primes qui a débuté en 2008. Ils opèrent dans le marché des dérivés, domaine non réglementé qui a une très forte influence sur tous les autres marchés financiers. Les états européens auraient demandé aux pays anglo-saxons (États-Unis et Royaume-Uni) de réglementer ce marché, mais ceux-ci auraient refusé. Selon l'intervenante, nous sommes dans une logique de guerre économique des pays anglo-saxons contre l'Europe, ces premiers étant parmi les pays les plus endettés d'Occident et ayant tout intérêt à détourner l'attention vers d'autres pays, avec le soutien des médias comme le Financial Times où  le spéculateur Georges Soros écrit régulièrement des articles. Les liens très étroits entre le gouvernement américain, son administration et les milieux financiers de Wall Street expliqueraient l'impunité et la liberté de ces spéculateurs. Leurs moyens financiers énormes (environ 1,5 milliard de dollars de revenu annuel pour chaque dirigeant de ces Hedge Funds) leur permettent de former le plus puissant lobby des États-Unis. Cela a été démontré par les choix du Président Obama pour les postes de responsables économiques de son gouvernement et par ses actions très limités concernant les sanctions envers les responsables de la crise des sub-primes et concernant la réglementation des milieux financiers. En parallèle, les États-Unis peuvent emprunter sur le marché avec un taux de 1 à 2 %, tandis que la Grèce proportionnellement moins endettée devrait emprunter à environ 20 % ...!!"Suite du résumé sur planetisme.net

Conférence organisé par La fonderie Kluger en association avec le magazine La cité .

 

Myret Zaki

Rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan, elle a publié plusieurs livres, dont le dernier "La fin du dollar", prédit la fin de la monnaie américaine à cause de sa dévaluation prolongée et de la dérive monétaire de la Réserve fédérale.

Etienne Chouard

Professeur d’Économie-Gestion à Marseille, chercheur indépendant, il s'est notamment fait connaitre pour son analyse du traité constitutionnel européen publié en 2005.